Mathilde, cadre dirigeant, a transformé son projet pro en aventure de vie

De quel quai allons-nous partir ?

Tant que la vie est perçue comme une dualité, il n’y a pas d’issue à ce qui est ressenti comme injuste et subit. Les évènements actuels nous sollicitent de toutes parts et viennent nous toucher de plein fouet faisant vaciller ce qui est incertain.

Ce qui vacille ainsi découle directement de l’absence d’alignement avec notre être profond.

Se réaligner c’est dissoudre par la conscience,  toutes les croyances limitantes et les identifications qui nous retiennent loin de nous-même.

Que ce serait-il passé si Harry Potter n’avait pas osé aller la première fois sur le quai 9 ¾ ?

Comment aurait-il pu découvrir sa mission de vie même si tout était FLOU, même si tout était FOU ?

Et on peut dire que son voyage a été hyper-intéressant.

Même, s’il a fallu qu’il y engage son âme, ses tripes, et son cœur pour ne pas revenir en arrière

Mais d’abord, de quel quai allons-nous partir ?

Notre ego nous a fabriqué une histoire fantasmée, interprétée, idéalisée. Qui nous a fait dévier de notre trajectoire initiale, en nous construisant, ce que je nomme, le quai 12.

Le quai 12, c’est le quai sur lequel nous avons commencé notre vie

C’est le quai sur lequel nous avons adopté les comportements spécifiques en croyant qu’ils nous permettraient d’être aimé par nos parents et les autres et de réussir notre vie.

C’est le quai du masque social, le quai du « Moi Je »

Tant que je suis attaché à mon « Moi Je », je reste collé au quai 12

je ne peux changer DE monde…

Et je ne peux pas changer LE monde

Sur le quai 12, je ne suis pas dans ma place d’origine et je passe ma vie à me défendre, à essayer de m’affirmer, de me valoriser.

Je m’épuise à chercher la perfection et je suis aux prises avec mon système de compensation anxiogène.

Sur le quai 12, je suis dans la concurrence, dans le stress, dans la boulimie, dans le contrôle…Je repeins le mur, mais ne le change pas.

Je suis dans l’action, la réaction, pas dans la collaboration.

Pourtant, le quai qui nous fait résonner, vibrer c’est le quai 3. C’est le quai de la vie, du vivant.

C’est le quai du « Je suis » et du Je qui s’ouvre au Nous.

« Pour trouver ton chemin… ne cherche pas l’eau, Nathanël …,cherche ta soif » écrivait André Gide

Cela fait partie de notre condition humaine que d’avoir à faire le chemin du quai 12 au quai 3.

C’est le voyage du héros mythologique que nous avons chacun et ensemble à vivre pour découvrir notre puissance , nos talents et nous accomplir en contribuant au monde. De façon unique

La difficulté, c’est que beaucoup de gens sont très attachés au quai 12.

C’est comme s’ils étaient attachés à leurs nuages et qu’ils ne voient pas ce qui est au-dessus : le ciel splendide qui est notre véritable nature.

C’est nous qui créons, et nourrissons ces nuages car nous avons une approche du monde essentiellement affective et non sensorielle.

Nous sommes ainsi identifiés à ces nuages : je suis un imposteur, je suis nulle, une buse disait l’un de mes clients. Je suis rien, ou je suis un patron ( vous connaissez surement cette petite voix intérieur qui vous scotch au quai 12 et vous empêche de voir le beau ciel bleu.

Ils peuvent devenir très sombres jusqu’à ne plus pouvoir revoir les rayons du soleil.

Seule l’ignorance de nous-même nous empêche d’en prendre conscience, de le réaliser.

Le retour d’expérience de Mathilde après son Projet de Vie

Si je reste sur le quai 12, le quai du masque social, voilà ce qui peut se passer :

C’est l’histoire de Mathilde, directrice marketing et commercial d’un groupe du CAC 40, sur une business unit de 4 500 personnes dédié aux services aux particuliers. Elle dirige une équipe de 15 personnes.

Cette équipe est responsable :

  • de la mutation et de l’exécution de la stratégie au niveau opérationnel,
  • de développer les offres, le web marketing et le reporting commercial.

Sa BU, auparavant très silotées devient transverse.

Elle a le sentiment désagréable d’être écartelée, de subir la situation, car on ne lui a rien proposé dans cette nouvelle configuration.

Elle souhaite se mettre en mobilité.

Et, dans l’intimité de notre rencontre, elle me dit : « je suis à un stade de ma vie où je cherche quelque chose de plus profond, je recherche une fécondité à ma vie » .

Sa situation de départ.

Elle est quai 12.

  • Elle se met beaucoup de pression.
  • Elle a déjà 1 burn-out à son actif.
  • Elle ne se positionne pas vis à vis de sa hiérarchie., fuit les conflits

Elle se dévalorise et se juge continuellement.

  • Elle se sur-adapte, dès qu’un hiérarchique lève un peu le ton et en perd ses moyens. C’est l’enfer à l’intérieur d’elle-même

Alors qu’à l’extérieur…

Elle a des résultats excellents, avec le meilleur bonus de sa BU et un N+1 très satisfait.

Vous imaginez le potentiel perdu !

Vous commencez à comprendre que son mal être intérieur l’empêche de savoir ce qui la motive, de trouver du sens à sa vie et de savoir vers quel nouveau rôle aller.

Ses sensations sont brouillées pas les nuages sombres , nourris par ses peurs. Elle  ne peut donc pas trouver son inspiration

Tout manager et acteur clé d’un système, pour devenir inspirant, a besoin de sortir du masque social construit sur le quai 12, pour se connecter à son être profond.

Comment s'est-elle transformée ?

Notre travail sur son Projet de vie, pris en charge par son entreprise n’a duré que 33 heures.

Grâce à ce travail, Mathilde prend conscience des loyautés cachées qui ont organisé ses croyances , de ses interprétations et de leur impact sur ses comportements.

Ce sont ces croyances qui la scotch sur le quai 12

Elles  limitent notre capacité à trouver du sens à notre vie.

Mathilde découvre qu’elle s’occupe et s’inquiète de ses parents, comme s’ils étaient ses enfants… et que ceci a un lien direct avec sa façon de protéger l’organisation de la réalité des impacts des décisions de la gouvernance.

Elle découvre qu’elle peut se donner la permission de ressentir ce qu’elle ressent et de le dire. C’est vital pour prendre de meilleures décisions.

Une semaine après ce travail sur son projet de vie,

Mathilde constate que la réorganisation de sa BU impacte lourdement son budget de plusieurs millions d’euros.

Au lieu de ne rien dire, comme avant, et de supporter en silence ce climat d’inquiétude, elle prend son courage à 2 mains et questionne son N+1 en lui demandant de la clarté, des précisions sur des sous-entendu concernant le budget ….Mathilde ne peut travailler sans avoir ces informations.

Dorénavant, consciente de sa valeur, elle ose se confronter pour protéger son intégrité et sa crédibilité : elle sent, elle ressent, elle agit en cohérence.

Vous sentez la force qui se dégage là, non ?

Elle pose la question : comment s’organise-t-on pour l’avenir ?

  • Elle prend conscience qu’elle n’a pas le contrôle sur un certain nombre de points
  • Elle accepte la réalité de la réorganisation imposée
  • Elle se concentre sur ses objectifs

Et au lieu de le subir ou d’imaginer que cela va s’arranger tout seul, ou de faire comme si de rien n’était, elle prend l’initiative d’aller chercher ce dont elle a besoin pour régler, au mieux le problème.

Elle s’est reconnecté à son agressivité vitale.

En famille, Mathilde

  • Elle ose se positionner en face de son frère .
  • Elle accepte les conflits potentiels comme facteurs d’évolution des situations bloquées.
  • Elle se libère du regard des autres.
  • Elle gagne en énergie et en créativité car elle a renoncé à son role de sauveteur. .

Résultats :

Ce qui la touche :

  • c’est que c’est maintenant à elle de construire son projet.
  • Qu’elle est maitre de son destin, capitaine de son navire. .

Grande découverte !

Elle découvre qu’elle aime se faire plaisir et que cela fait plaisir aux autres. Qu’elle n’a rien à mériter, elle a de la valeur en étant juste elle-même !

Elle expérimente une nouvelle confiance dans la vie.

Voilà comment Mathilde a formulé son projet professionnel, émanation de sa mission de vie :

« ré humaniser la relation client et particulièrement à destination des personnes en situation de fragilité par « des relations simples et faciles avec l’entreprise »

· Elle s’est remise à sa place sur le quai 3,

· Elle a reconnecté avec son inspiration,

· la direction à prendre s’est présentée sous la forme d’une ouverture d’opportunité : un nouveau rôle qui répond en tout point à ce qu’elle cherchait :

Elle devient Directrice de l’expérience client, CRM et des nouveaux canaux de commercialisation, BtoB, avec des grands comptes tertiaires privés.

Elle a l’ambition d’y ajouter l’attention aux Consommateurs finaux. …

Elle voit dans la situation, l’opportunité de créer sa solution au service des plus fragiles.

C’est systémique, si chaque personne est à sa place, et l’habite, le corps entier fonctionne au mieux.

Elle a aussi trouvé d’autres ressources intérieures qui lui permettent de gérer une situation incertaine, imprévisible, sans moyens donnés par l’organisation :

Pas d’équipe, tout est à construire, et seule… patron hors d’atteinte.

Avec sa nouvelle énergie, elle ne stresse pas.

Elle construit son équipe, définit son budget, et elle va le négocier auprès de l’organisation.

Elle devient intra preneur de l’expérience client et se félicite de ce qu’elle a mis en œuvre.

Comment l'accompagnement au Projet de vie agit ?

Au-delà d’avoir trouvé du sens, elle a révélé ses qualités de leader consciente, responsable et inspirée dont elle a besoin pour manager dans l’incertitude et la complexité d’aujourd’hui.

Pour les dirigeants, pour les leaders, pouvoir se référer à son quai 3, là où l’on peut dire « je suis » est une ressource très précieuse , pour décider, pour garder son cap.

C’est une boussole intérieure qui permet dans le tumulte du court terme et la pression des contraintes, de replacer le problème ou le choix dans une perspective plus large et d’obtenir de plus vastes ressources.

Sur le plan opérationnel le dirigeant ne prendra peut-être pas toujours la meilleure décision.

Mais sur un plan plus personnel, s’il est aligné avec sa mission, le fait de choisir en conscience, lui donnera une forme d’apaisement, de mise en paix avec lui-même

Et cela, quelles que soient les conséquences ou les résultats.

C’est en cela aussi qu’un projet de vie aide les décideurs à emprunter les chemins les moins fréquentés.

Et si s’autoriser à suivre sa mission de vie pouvait amener à la magie et le souffle de l’aventure dans votre vie professionnelle ?

Les articles précédents