A quoi bon vivre si je ne  cherche pas mon chemin  ?  

« Pour trouver ton chemin..
ne cherche pas l’eau , Nathanaël,
cherche ta soif… »
André Gide

Curiosité

En ce début de printemps, alors que nous finalisons l’organisation de notre potager en permaculture, j’observe le sage et poétique jardinier, qui m’apprend la Nature, arroser les nouvelles plantations du jardin.

Il fait un curieux mouvement avec son bras.
Je m’approche et le voit verser l’eau en tournant autour de la plante, à une distance étonnante.

Curieuse, je lui demande pourquoi il n‘arrose pas directement sur la plante !

Questionnement

🔔La soif n’est-elle pas uniquement un instinct du corps, qui nous indique le moyen de survivre ?
En écoutant sa réponse, je comprend qu’il prend à cœur le devenir de la plante, dès ses premiers soins. Il veut satisfaire sa soif de grandir, en lui permettant de se dépasser .
Il suscite le manque pour mobiliser son désir !
 
🔔Ce pourrait-il que ma soif m’indique une voie, ma voie ? qu’elle ait quelque chose à voir avec mon âme 

Il lui apporte les conditions pour grandir en renforçant ses racines pour la rendre , plus autonome, plus forte et plus belle.

🔔 Mais alors, mon âme et mon corps , ne seraient qu’un ?! Ils seraient liés, alliés, alignés, pour me permettre de vivre en beauté ?!

Tout en goutant la tendresse et l’intelligence de son attention, je repense alors à la phrase de Gide :
                                     « Pour trouver ton chemin..ne cherche pas l’eau , Nathanaël, cherche ta soif… »

🔔 Mais c’est génial ! cela simplifie tout ! je n’ai plus qu’à écouter mon corps pour savoir comment m’orienter dans ma vie ! puisqu’ils sont connectés !

Quelle profonde leçon de sagesse !

 
Plus besoin de cogiter, de rationnaliser, d’étudier, de confronter, de douter, de tergiverser, de comparer, de prouver… pour prendre mes décisions.

M’en voilà toute apaisée ! 

Je n’ai plus qu’une question à me poser :  » Vers où me porte mon élan intérieur ? mon mouvement organique ? » et suivre la réponse, tout simplement.  

Mon âme me conduit par des chemins quelque fois étonnants, aux dires des autres, mais je peux témoigner que je suis chaque jour plus joyeuse, légère et sensible à  la beauté de la vie.
La métamorphose se réalise par la photosynthèse de mon âme avec mon corps. Comme pour les plantes….

Ne savez-vous pas que tout est dans tout ? les mêmes lois pour tout le vivant ?

Nous en faisons partie.

C’est ainsi que, lorsque je ressens de la douleur,
je me laisse vivre ma soif derrière le manque, la tristesse, la colère..en acceptant de les vivre en conscience d’amour. Je fais confiance aux cellules de mon être, alchimisées par la lumière de mon âme, pour qu’elles trouvent le chemin du retour vers la plénitude de mon unité.

Comme pour la plante, et tous les êtres vivants, mes cellules portent l’ information du devenir de mon être.

Comme une plante je sais recevoir la lumière dont j’ai besoin pour survivre et évoluer.

 
Tout est déjà là, et pourtant …

Tant que je ne me re'connaîs pas

je ne peux savoir mon chemin…et je tourne en rond dans l’enfer’mement des répétitions de mes réactions de survie, forgées dès le sein maternel.  
La question suivante est la pierre angulaire de votre devenir :
 
                                          Souhaitez-vous entrer dans cette dynamique d’évolution et sortir de vos enfer’mements ?  

                                                                  Prendre le chemin de la re’ con’ naissance ? 

 
Malgré mes tiraillements entre vivre mes aspirations profondes & la peur de manquer, de perdre ma sécurité financière, la peur de l’inconnu …

Les articles précédents